Vault of movie reels / movies Tributes
< Welcome into the Vault >

Movies fans Blog
Vault of movie reels / movies Tributes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – Clé d’activation par mail
1 €
Voir le deal

1928 - Street Angel

2 participants

Aller en bas

1928 - Street Angel Empty 1928 - Street Angel

Message par Delnis 26.10.19 10:36

STREET ANGEL
(VF: l'Ange de la rue)
1928 - Street Angel Street13
USA - Franck Borzage - 1h42 min
WIKI US
IMDB: 7,4


Casting:
Janet Gaynor: Angela
Charles Farrell: Gino
Natalie Kingston: Lisetta
Henry Armetta: Mascetto
Guido Trento: Neri, Policeman
Alberto Rabagliati: Policeman
Synopsis
Napoli, a miserable young woman takes care of her sick mother, but without money, no medicine, she will then have to try everything to find, ... sacrificing her honor.

Napoli, une misérable jeune femme s'occupe de sa mère malade, mais sans argent, elle devra alors tout tenter pour en trouver,...en sacrifiant son honneur.




1928 - Street Angel Street12
♥ Listen so sweet song "Angela mia" ♥




* READ ENGLISH VERSION * :


After the masterpiece "7th Heaven", in Paris, Borzage sent Janet & Charles, Chico & Diane, in Naples, they became Angela & Gino, and instead of the Marseillaise we will hear sweet Italian melodies like "Oh sole mio". Is this not a delicious European love ? the opportunity to remember that his father was Italian and his mother Swiss, so he necessarily benefited from these cultures.

1928 - Street Angel Sausag10
Borzage first wanted to set the scene with an introduction to an Italian scene with cries, gestures for a story of sausage theft. Very Happy Bellissima Italia! Forza !! then the melody can start, the beginning frame is the misery, deep and horrible, without spoiler too much, we see this girl without money taking care of her dying mother.

A reflection initiated by F.B. on delinquency and prostitution, what choice to survive for these street children ? finally, there are hardly any others, Borzage is a humanist and a "socialist" in his own right, a real one who shows the raw poverty in Hollywood and above all he gives back their dignity to those damned of the earth. In this he is in full phase with Chaplin this other "socialist" of cinema.

Obviously the girl is called Angela, logical, and despite his foolish slippage, this is what sees Gino, the vagabond painter she will meet.
we are in silent movies, hence the crucial importance of music, once again it is sublime and finally as there is no bla blah blah to saturate our eardrums, we listen and receive emotions directly into heart . Did not we say at the beginning of the cinema that it was a concert accompanied by a movie ? After all, in the beginning it was screened in theaters with orchestra. The musical themes of Borzage are really moving, and there it is Italy, so obviously, it's magic.

On technical side: F.B. As usual in the studio, the decorator was sent 1 month to Naples to immerse oneself in the poor neighborhood. He thus realized a large circular space overhung by a kind of hoist which allowed long spectacular sequences, in particular the prosecution. He had already innovated from "7th Heaven" with his lift that followed our heroes through their 7 floors.

We find much the influence of Murnau, his neighbor and fox partner with all these shadows Nosferatu or even sometimes the caligari (Wiene), in short, a very german expressionistic Borzage.

No war this time to separate the lovers, but the past of Angela, definitely Borzage likes to victimize women and create the meeting with their beautiful knight, we are always in this fantasy of chivalry and it's delicious.

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven


* LIRE LA VERSION FRANCAISE * :


Après le chef d’œuvre 7th Heaven, à Paris, Borzage retrouve Janet & Charles, Chico & Diane, à Naples, ils deviennent Angela & Gino, et au lieu de la Marseillaise on entendra de douces mélodies italiennes comme "Oh sole mio". N'est ce pas délicieux cette Europitude ? l'occasion de rappeler que son père était italien et sa mère suisse, alors forcément il a bénéficié de ces cultures.

1928 - Street Angel Sausag10
Borzage a d'abord voulu planter le décor avec en introduction une scène italienne avec force de cris, de gestes pour une histoire de vol de saucisse. Very Happy  Bellissima Italia ! Forza !! puis le mélo peut démarrer, le cadre de début c'est la misère, profonde et horrible, sans spoiler trop, on voit cette gamine sans argent s'occuper d'une mère mourante.

Une réflexion enclenchée par F.B. sur la délinquance et la prostitution, quel choix pour survivre pour ces enfants des rues ? finalement il n'y en a guère d'autres, Borzage est un humaniste et dans son genre un socialiste, un vrai qui montre la pauvreté crue à Hollywood et surtout il rend leur dignité à ces damnés de la terre. En cela il est en totale phase avec Chaplin cet autre "socialiste" du cinéma.

Evidemment la fille s'appelle Angela, logique, et malgré ses dérapages foireux, c'est ce que voit Gino, le peintre vagabond qu'elle rencontrera.
Nous sommes tj en films muets, d'où l'importance cruciale de la musique, encore une fois elle est sublime et finalement comme il n'y a pas de blabla pour saturer nos tympans, on l'écoute et la reçoit en plein cœur. Ne disait on pas au début du cinéma que c'était un concert accompagné d'un film ? Après tout au début c'était projeté dans les théâtres avec orchestre. Les thèmes musicaux de Borzage sont vraiment très émouvants et là c'est l'Italie, alors forcément c'est magique.

Coté technique: F.B. a comme a son habitude tourné en studio, le décorateur fût envoyé 1 mois à Naples pour s’imprégner du quartier pauvre. Il a donc réalisé un grand espace circulaire surplombé par une espèce de grue qui permit de longs plan-séquences spectaculaires, notamment pdt les poursuites. Il avait déjà innové ds "7th Heaven" avec son ascenseur qui suivait nos héros à travers leurs 7 étages.

On retrouve beaucoup l'influence de Murnau, son voisin de plateau et partenaire à la fox, avec toutes ces ombres à la Nosferatu ou même parfois à la caligari (Wiene), bref un Borzage très expressionniste allemand.

Pas de guerre cette fois pour séparer les amoureux, mais le passé d'Angela, décidément Borzage aime bien victimiser les femmes et créer la rencontre avec leur beau chevalier, on est tj dans ce fantasme de la chevalerie et c'est délicieux.

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven



1928 - Street Angel Circo10







Dernière édition par Vault-Keepers le 11.01.20 9:41, édité 4 fois
Delnis
Delnis

Masculin Messages : 318

https://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

1928 - Street Angel Empty Re: 1928 - Street Angel

Message par maxi 29.10.19 23:34

My feeling, beware it spoils a lot Very Happy

Like a Star @ heaven  READ ENGLISH VERSION  Like a Star @ heaven


One year after the triumph of "7th Heaven", the Fox asks a second similar movie, a kind of sequel, so logically we go back to Europe, with Janet & Charles and again, we have 2 miserable who will be sublimated by their love. Diane or Angela are still without family and also thieves, but in the 2 cases F.G. demonstrates that they are in spite of herself, deeply they are really pure. The idea, moreover, of the painting transformed into Madonna illustrates even better its real kindness, black in appearance, but beautiful inside.

Finally, the external context changes, but the background remains the trajectory of two damned beings who merge and access to happiness through their love, that is, part of the "song of 2 humans" of the "Sunrise" by Murnau. Nothing matters outside of their relationship.

1928 - Street Angel Ombre_10

In street angel, the first phase is the establishment of Angela, the horror for this girl who steals for her dying mother and is stupidly arrested without a benefit. In a few minutes she become an orphan and delinquent. She is very gloom and very close to the german Expressionism.

Then it's the circus and especially the meeting with the painter. Charles is really funny with his amused face dredging a Janet transformed into a Neapolitan tigress, their complicity is stunning, that beautiful close-ups on their reactions, it's light and delicious, he tames her patiently until the thrust with his angelic portrait.

1928 - Street Angel Circo_10

1928 - Street Angel Expres10
The return to Naples for his painting brings them moments of pure happiness, but unfortunately announces the great risk for Angela who had fled. Obviously she will be recognized by the policeman (a star of the Italian cinema) and there we have a beautiful scene of intimacy before their separation.

She tries to hide from Gino his departure in prison and especially the reasons. She enjoys each seconds of what she think to be her last hour with him. Janet is as usual so expressive and overwhelming.

1928 - Street Angel 2010

Abandoned without explanation, Gino is depressed and unproductive, he sinks, until the meeting with a former detainee who reveals the truth about Angela. Feeling completely betrayed, he goes into a furious madness and fails to kill her, in a scene that really looks like "Sunrise" on the boat. But as in "Sunrise" the deus ex machina is religious, the sound of a bell! he realizes that he is going to commit a murder on an altar, in a church and under the sweet gaze of his madonna.

He remembers that he had painted Angela's true soul, fixing it again in the eyes, he believe and as in "Sunrise", decidedly, he breaks down in tears shouting "Forgive me", it was also in a church, ...

And here is their love conquering so many obstacles and stronger than ever ...

1928 - Street Angel Forgiv10



Like a Star @ heaven  LIRE LA VERSION FRANÇAISE  Like a Star @ heaven


1 an après le triomphe de "7th Heaven", la Fox demande un 2e film ressemblant, un genre de suite, c'est donc logiquement qu'on retrouve l'Europe, Janet & Charles et qu'encore une fois, on a 2 miséreux qui vont se sublimer grâce à leur amour. Diane ou Angela sont là encore sans famille et également des voleuses, mais dans les 2 cas F.G. démontre qu'elles le sont malgré elle, et qu'au fond elles sont réellement pures. L'idée d'ailleurs de la peinture transformée en Madonne illustre encore mieux sa réelle bonté, noire en apparence, mais belle à l'intérieur.

Finalement, le contexte extérieur change, mais le fond reste la trajectoire de 2 êtres damnés qui fusionnent et accède au bonheur par leur amour, c'est qq part le "song of 2 humans" de l'Aurore de Murnau. Plus rien ne compte en dehors de leur couple.

1928 - Street Angel Ombre_10

Dans street angel, la 1ere phase est la mise en place d'Angela, l'horreur pour cette gamine qui vole pour sa mère mourante et se fait bêtement arrêter sans même parvenir à la sauver. En qqs minutes elle se retrouve orpheline et délinquante.C'est très sombre et très proche des expressionnistes allemands.

Puis c'est le cirque et surtout la rencontre avec le peintre. Charles est vraiment bidonnant en dragueur amusé face à une Janet transformée en tigresse napolitaine, leur complicité est renversante, que de magnifiques gros plans sur leurs réactions, c'est léger et délicieux.Il l'apprivoise patiemment jusqu'à l'estocade avec son portrait angélique.

1928 - Street Angel Circo_10

1928 - Street Angel Expres10
Le retour à Naples pour sa peinture leur apporte qqs instants de pur bonheur, mais annonce hélas le gros risque pour Angela qui s'était enfuie. Evidemment elle sera reconnue par le policier (une star du cinema  italien) et on a là une magnifique scène d'intimité avant leur séparation quand elle essaie de cacher à Gino son départ en prison et surtout les raisons et pour profiter de ce qu'elle pense être sa dernière heure avec lui. Janet est comme à son habitude si expressive et bouleversante.

1928 - Street Angel 2010

Abandonné sans explication, Gino est déprimé et improductif, il s'enfonce, jusqu'à la rencontre avec une ex détenue qui lui révèle la vérité sur Angela. Se sentant totalement trahi, il entre dans une folie furieuse et manque de la tuer, dans une scène qui ressemble vraiment beaucoup à l'Aurore sur le bateau. Mais comme dans l'Aurore le deus ex machina est religieux, le son d'une cloche ! il réalise qu'il va commettre un meurtre sur un autel, ds une église et sous le regard doux de sa madonne, il se souvient qu'il avait peint la vraie âme d'Angela, la fixant à nouveau dans les yeux, il la croit et comme dans l'Aurore, décidément, il s'effondre en larmes en criant "Forgive me", c'était aussi dans une église, ...

Et voila leur amour vainqueur de tant d'obstacles et plus fort que jamais...

1928 - Street Angel Forgiv10

maxi
maxi

Masculin Messages : 269
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum