Vault of movie reels / movies Tributes
< Welcome into the Vault >

Movies fans Blog
Vault of movie reels / movies Tributes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – Clé ...
Voir le deal
1 €

1929 - Lucky Star (l'isolé)

Aller en bas

1929 - Lucky Star (l'isolé) Empty 1929 - Lucky Star (l'isolé)

Message par Delnis 22.10.19 23:34

Lucky Star
1929 - Lucky Star (l'isolé) Lucky-11
USA - Franck Borzage - 90 min
la fiche Wiki


Distribution:
Janet Gaynor: Mary
Charles Farrell: Tim
Guinn  Williams: Wrenn
Paul Fix as Joe
Hedwiga Reicher: Me Tucker
Synopsis
La rencontre entre une jeune fermière pauvre, véritable cendrillon qui est l'esclave de la maison et un jeune ouvrier.







C'est le 3e et dernier film du trio Gaynor-Farrell-Borzage, ce dernier a déjà une longue filmographie de muets et son maître n'est autre que FW Murnau et ça se voit. Romantisme, grands sentiments, noblesse d'âme, ... visuellement là aussi on a l'impression d'un Murnau. Bon évidemment certains vont dire "c'est encore Cendrillon", oui ça en est très proche, sauf que le Prince n'en est pas un, mais comme dans "7th heaven" du même Borzage, un bel et fort ouvrier qui va protéger et prendre soin d'une pauvre misérable fille battue.

On ne se lasse pas du tout de ça, ces mélodrames des années 20 sont très ressemblants et ils ont tous cet exceptionnel pouvoir émotionnel qui vous tire les larmes à chaque fois. Quand je vois le délire des blockbusters actuels avec leurs budgets débiles, leurs génériques qui défilent 10 minutes pour bien montrer les centaines de collaborateurs et au final des films jetables, qu'on consomme (ou pas) et qu'on oublie aussi vite. Oh Tempora Oh Mores !  Rolling Eyes

Là le budget a du être minuscule et au final c'est encore une perle qu'on adore et qu'on regarde 90 ans après sa sortie... Cool
1929 - Lucky Star (l'isolé) Image-10

On a plaisir à retrouver Guin Williams, star des Westerns, pétillant dans "City Girl" où il rayonnait avec sa chevelure folle et sa paille dans la bouche (le moissonneur jovial). Il a le sale rôle dans Lucky Star et il le joue à la perfection, car ils avaient déjà compris que le méchant est très très important pour que la sauce prenne et que le spectateur réagisse en le détestant de bout en bout, c'est une des ficelles de la plupart des drames.

Mais bien sûr ce sont encore ces lovebirds qui nous font chavirer, ils ont tant de complicité, leur jeu est si fin, c'est une alchimie que ces 2 là qui s'aimaient vraiment sans l'ombre d'un doute. Quelle expérience incroyable ça a du être d'être amoureux dans la vraie vie et en plus de jouer l'amour devant la caméra, ça doit grandement faciliter les choses.

Encore donc 90 minutes qui passent en 1 éclair et un film ancien qui démontre encore ce que sont l'essence du cinéma et de l'Art en général: les émotions  ❤

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven
NB: ce sera le dernier film de Borzage avec Janet qui se facha avec la Fox s'estimant sous payée, et puis elle voulait aussi fuir Charles, ...



Dernière édition par Admins le 16.11.19 12:52, édité 1 fois
Delnis
Delnis

Masculin Messages : 318

https://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

1929 - Lucky Star (l'isolé) Empty Baa Baa Black Sheep

Message par Delnis 25.10.19 9:31

1929 - Lucky Star (l'isolé) Lucky-10

SPOILER NE PAS LIRE:



Le début c'est du Murnau, une ambiance glauque sombre, cette sordide chaumière qui fume, la faible lueur d'une lampe, on est dans le village de "l'Aurore", puis Janet en cendrillon, la fille ainée, esclave de la veuve Tucker et ses 5 enfants, ses journées sont totalement remplies de taches répétitives et c'est donc un tableau de la misère de la campagne des USA en 1917. Aussi qu'une ferme sans un homme c'était à l'époque quasiment impossible, c'est important pour la suite quand sa mère rencontrera Wrenn.

Janet joue d'abord l'enfant terrible, véritable souillon, sans éducation, probablement battue et qui se "débrouille" pour survivre avec force de mensonges et là de vol. La rencontre avec Timothy repose sur un de ses méfaits, cause une bagarre qui l'amuse, et se termine par une mémorable fessée, quel coquin ce Charles !! fesser ainsi l'amour de sa vie, ils ont du en rire souvent.

Jolie scène quand Charles part à la guerre et qu'elle lui propose de l'amener en chariot, sa réponse sera prémonitoire: "No, I have two legs", il part donc à pied mais reviendra en chaise roulante. C'est au 2e visionnage qu'on peut relever ce clin d'oeil.

Passons sur la phase guerrière qui ne sert juste qu'à prouver que Wrenn est un sale type et à causer le drame pour Tim.
Au passage il est accompagné à nouveau d'un des moissonneurs de "City Girl", l'un des plus laids, comme quoi il n'y avait pas des milliers de comédiens à cette époque et que les beaux étaient des stars mais que les moches avaient aussi des emplois.

1929 - Lucky Star (l'isolé) Tumblr_phwn9h56eQ1qbuqcio1_500

Puis le film rentre dans sa belle partie, le retour et la vraie rencontre entre Mary & Tim, au début les rapports sont plutôt paternels, il amadoue la sauvageonne, qui elle découvre l'affection paternelle, puis il l'éduque un minimum notamment sur le vol, le mensonge, et enfin il va la nettoyer, délicieuse scène des shampooings aux œufs puis du bain ds la rivière. C'est là que telle peau d’âne, la beauté frappera Tim en plein cœur, car il a fait d'elle une femme.
1929 - Lucky Star (l'isolé) W8lh
D'où le célèbre surnom, Baa Baa, Black Sheep, réutilisé pour une série à succès (les têtes brulées)

Mais l'impact est réciproque, il rage de ne plus marcher, et essaie sans cesse d'utiliser ses jambes, les kinés n'existaient pas à cette époque, on doit comprendre que 100x il prendra ses béquilles pour vaincre ce foutu handicap.

L'étape ultime sera la robe de bal, alors là elle est à tomber de beauté, et quand il la voit passer avec cet enfoiré de Wrenn, la jalousie et la colère vont le transformer et lui donner la force de soulever les montagnes.
1929 - Lucky Star (l'isolé) 3ruc
Quasiment kidnappée par Wrenn, qui séduisit sa mère sans mal avec son bel uniforme usurpé et ses mensonges (promu Major), Tim va accomplir un exploit, marcher en cannes dans la neige, avec une motivation croissante pour les stopper avant le départ du train.

Alors oui on est un peu ds le fantastique, car il court à la fin, mais il s'agit d'un conte de fées ! Tim a transformé Mary en Femme, et leur Amour a guéri TIM, pour une happy end inattendue, "he got legs to go to France, he lost them at war, but they have been fixed by THE POWER OF LOVE"  ♥

C'est je pense le thème de tous ces films, l'amour a un pouvoir extraordinaire, destructeur ou sublimant, n'est ce pas la vérité ?


Delnis
Delnis

Masculin Messages : 318

https://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum