Vault of movie reels / movies Tributes
< Welcome into the Vault >

Movies fans Blog
Vault of movie reels / movies Tributes
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

1927 - Seventh Heaven

Aller en bas

1927 - Seventh Heaven Empty 1927 - Seventh Heaven

Message par maxi 17.10.19 10:57





7th HEAVEN
(VF: l'heure suprême)
WIKI  -  IMDB:7,7
USA - Frank Borzage - 2h

1927 - Seventh Heaven 7th_he13
Cast:

Janet Gaynor: Diane
Charles Farrell: Chico
Ben Bard: Col. Brissac
Albert Gran: Boul
David Butler: Gobin
Marie Mosquini: Madam Gobin
Émile Chautard: father Chevillon
Gladys Brockwell: Nana
Start

Paris 1914
Chico is a sewer and dreams of becoming a street cleaner. On the surface, he meets Nana and Diane and saves her from the clutches of her alcoholic sister.

Chico est égoutier et rêve de devenir nettoyeur de rue, en surface, il rencontre Nana et Diane et sauve cette dernière des griffes de son alcoolique de soeur.







Nice review (mythic song)

Look at the Awards


1927 - Seventh Heaven Th_hea11


* READ ENGLISH VERSION * :


Whatever  we think, the 20s movies were full of sweetness, the public loved romances and especially melodramas, and Hollywood was populated by many very young neo artists, talented. Even if they were sure many parties with many alcohol, Hollywood was not yet gangrened by the mafia and its hard drugs

1927 - Seventh Heaven Mafia10

Well, there are enough films to his "glory" and  too many violent deaths to not admit that the octopus largely controls this universe, some books talk about it.

How not to be nostalgic ? frankly

When you see these films overwhelming with sincerity, certainly naivete obviously because the cinema is only 20 years old, a time of pioneers where only artists pierced. And besides, all the talents of the world went to Hollywood, the holy land of the 7th Art.

When I see the programming each Wednesday, I have the sheaf and at the same time the anger because obviously the productions answer that they follow the tastes of the young people, are you kidding ?  pff !!! Gee !  in fact, after having formatted them  during 3 decades with outrageous marketing and deprived of the original beauty of cinema, they are no longer able to escape their happy alienation, like the happy slaves of the Matrix.

But I digress, forgive me.

However think about it, realize your alienation,

And like Neo, take the blue pill. Embarassed
1927 - Seventh Heaven Th_hea10

So let's talk about the film, Mr Borzage made to France the great honor to make a film  in Paris in 1914, thank you ! And what is pleasant, there are many tunes  which rythm the whole film: "madelon, cadet roussel, the Marseillaise, ... try to recognize them, it's nice. We had already been well pampered by King Vidor and his "great parade" where the action was also in France with also our hexagonal jingles..

It is therefore a romance among the poor: Chico (C Farrell), a strange name for a Frenchman, probably a gypsy, is a strong, proud, cheerful and hardworking man, his only dream is to get out of the sewers to clean the streets and see the sky, because becoming a "street cleaner" is a high social progression and to live a 7th floor without running water but which allows to see the stars is a paradise (heaven). Diane is an orphan raised by her big sister, alcoholic and violent.

So the chances of meeting at the beginning are almost zero, but the fate or the "GOOD GOD" takes care of it.

Without spoiler, let's say we start from someone who is not at all attracted by Diane, it's even the opposite, he even humiliates her in the scene of the knife, but these acts will be the opposite of his words, you can easily guess what's following. As in all these silent movies there are still beautiful shots and portraits in B&W, and some famous sentences anyway, the headings panels being more dialogues than the descriptions, the talking cinema is getting closer.

"Always lookin up" or "a very remarkable fellow"

1927 - Seventh Heaven 7th_he15
1927 - Seventh Heaven 7th_he16

1927 - Seventh Heaven 7th_he10

LIRE LA VERSION FRANCAISE:









On peut dire ce que l'on veut, mais les années 20 étaient pleines de douceur, le public adorait les romances et surtout les mélodrames, et Hollywood était peuplé de néo artistes purs, talentueux, même s'ils faisaient c'est sûr de grosses fêtes où l'alcool devait couler à flot, Hollywood n'était pas encore gangrenée par la mafia et ses drogues

1927 - Seventh Heaven Mafia10

Enfin bon il y a suffisamment de films à sa gloire et bien trop de morts violentes pour ne pas admettre que la pieuvre contrôle en grande partie cet univers, qqs livres en parlent.

Comment ne pas être nostalgique ?  franchement

Quand on voit ces films bouleversants de sincérité, certes de naïveté évidemment car le cinéma n'a que 20 ans, une époque de pionniers où seuls les artistes perçaient. Et d'ailleurs tous les talents du monde allaient à Hollywood, la terre sainte du 7e Art.

Quand je vois la programmation du mercredi, j'ai la gerbe  et en même temps la colère car évidemment les productions répondent qu'ils suivent les goûts des jeunes, tu parles pff !!!  mais en fait après les avoir formatés pendant 2 décennies à coup de marketing outrancier et privés de la beauté originelle du Cinéma, ils ne sont même plus capables de sortir de leur heureuse aliénation, tel les esclaves heureux de Matrix.

Mais je digresse, pardonnez moi.

Cependant pensez y, réalisez votre aliénation,

Et prenez la pilule bleue.  Embarassed
1927 - Seventh Heaven Th_hea10

Venons en donc au film, Mr Borzage nous fait le grand honneur de faire un film sur la France, à Paris en 1914, merci à lui, et ce qui est plaisant, ce sont des airs bien de chez nous qui bercent tout le film: la madelon, cadet roussel, la marseillaise, ... essayez de les reconnaitre, il nous a vraiment gâtés. On avait déjà été bien gâté par King Vidor et sa "grande parade" où l'action était aussi en France avec également nos ritournelles hexagonales.

Encore une fois la traduction du titre en français est pathétique, non mais "l'heure suprême", ... la bonne c'est 7e ciel, car en lisant sur la bouche des comédiens qui parlent souvent en français, faites y attention vous verrez, car le cinéma est p-e muet mais pas les comédiens qui parlaient pdt les tournages. Ainsi Diane répond OUI et pas YES  et on devine qu'ils ne disent pas heaven (2 syllabes) mais ciel dans la tirade de leur amour: "Chico, Diane, Ciel", c'est logique car c'est l'horizon du balcon de Chico, dans les affiche latine c'est d'ailleurs Cielo, ...

C'est donc une romance parmi les pauvres: Chico (C Farrell), étrange nom pour un français, probablement gitan, est un homme fort, fier, gai et travailleur, son seul rêve est de sortir des égouts pour nettoyer les rues et voir le ciel, car devenir "street cleaner" est une haute progression sociale et vivre un 7e étage sans eau courante mais qui permet de voir les étoiles est un paradis (heaven). Diane est une orpheline élevée pas sa grand soeur alcoolique et violente.

Du coup les chances de se rencontrer au début sont quasi nulles, mais le destin ou le "BON DIEU" s'en charge.

Sans spoiler disons qu'on part de qqu'un qui n'est pas du tout attiré par Diane, c'est même le contraire, il l'humilie même dans la scène du couteau, mais ces actes iront à l'inverse de ses mots, vous devinez aisément la suite. Comme dans tous ces films muets il y a sans arrêt de superbes plans et portraits en N&B, mais qqs phrases cultes quand même, les panneaux intertitres étant plus des dialogues que les descriptions, le cinéma parlant se rapproche.

"Always lookin up" or "a very remarkable fellow"

1927 - Seventh Heaven 7th_he15
1927 - Seventh Heaven 7th_he16












Spoiler:

1927 - Seventh Heaven Tumblr_pnh40vrz4F1wy4x3ro1_250
There are still some very beautiful scenes, first the suicide attempt with the knife where Chico saves Diane for the 2nd time and continues with a cold remark on the beauty of the knife, it can not be more muzzle, but in the following minute, he will prevent her from jail by lying to the Police, betraying by this act his heart of gold and his little weakness for Diane. At this moment he is not yet in love.

Leaving her bed, it was Diane, feared for her honor that will gradually pass from recognition to his savior, to the love of his white knight. Small attentions will grow, feeding their hidden love. Is he in love since the beginning ? probably no, but after the passage of the policeman, she leaves without saying anything and he invites her to stay, while he had pepeated  the opposite since the beginning, Diane knows he is well hooked at this moment.

The result will be the sweetness of a new love to the supreme gift, the wedding dress.

Of course, as in all these melos, the acme of happiness is fleeting, plagued by the announcement of the war.

The military phase is quite brief with the cult battle of the Marne and its taxis, the friendly "Eloise" will participate for its ultimate journey, dead for France Very Happy

There is also in the film religious references, after all "our father who is in heaven", is the background of the film, added to the 2 prayers of Chico the atheist: surface job: granted ! and have a woman with blond horses: half-granted, then these medals that serve for their wedding by getting married at home, and then as communicators every day at 11am, yes Chico for sure has become blind, but his heart  found yhe faith ...





Il y a encore cette fois de très belles scènes, d'abord la tentative de suicide au couteau où Chico sauve Diane pour la 2e fois et enchaine avec une froide remarque sur la beauté du couteau, il ne peut pas être plus mufle, mais dans la minute qui suivra il lui évitera la prison en mentant à la Police, trahissant par cet acte son cœur d'or et son petit faible pour Diane. A ce stade là il n'est pas encore amoureux.

En lui laissant son lit, c'est Diane qui craignait pour son honneur qui passera progressivement de la reconnaissance envers son sauveur, à l'amour de son chevalier blanc. Les petites attentions iront croissantes, alimentant leur amour inavoué et bien caché. Est il amoureux depuis le début ? probablement non, mais après le passage du policier, elle part sans rien dire et il l'invite à rester, alors qu'il avait scandé le contraire depuis le début, Diane sait qu'il est bien accroché à cet instant.

La suite ne sera que la douceur d'un amour neuf jusqu'au cadeau suprême, la robe de mariée.

Bien sûr comme ds tous ces mélos, l’acmé du bonheur est fugace, plombée par l'annonce de la guerre.

La phase militaire est assez brève avec la cultissime bataille de la Marne et ses taxis, la sympathique "Eloïse" y participera pour son ultime trajet, morte pour la France   Very Happy

Il y a aussi dans le film les références religieuses, après tout "notre maitre qui êtes aux cieux" ou au paradis (heaven), c'est bien le fond du film, rajouté aux 2 prières de Chico l'athée: travailler en surface: exhausé et avoir une femme aux chevaux blonds: exhausé à moitié, puis ces médailles qui servent pour leur alliance en se mariant à la maison, et ensuite de communicateur tous les jours à 11h, oui Chico c'est sûr est devenu aveugle, mais son coeur à lui trouvé la foi...


Dernière édition par maxi le 30.11.19 21:31, édité 1 fois
maxi
maxi

Masculin Messages : 269
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

1927 - Seventh Heaven Empty Re: 1927 - Seventh Heaven

Message par Guest 09.11.19 6:47

Quelle belle romance, cet homme était un Prince, un conte de fée ça a du bon quand même ❤
Anonymous
Guest
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum