Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le chantier du Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

2012 - Dead man talking - Ridremont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2012 - Dead man talking - Ridremont

Message  Admins le Ven 10 Jan 2014 - 20:09


DEAD MAN TALKING



Patrick Ridremont - Benelux - France - 1H40


Distribution:
François Berléand : Karl Raven, le directeur
Virginie Efira : Élisabeth Lacroix, la secrétaire
Patrick Ridremont : William Lamers, le condamné
Christian Marin : l’aumônier Georges
Jean-Luc Couchard : Stieg Brodeck, le gouverneur
Olivier Leborgne : Robert Gayland, le porte-parole
Denis MPunga : Julius Lopez, le gardien
Pauline Burlet : la fille du directeur
 

Résumé:
William a commis 2 meurtres et il est condamné à mort, mais son exécution va être interrompue par le récit de sa vie qui captive l'auditoire, le bourreau, le gardien, l’aumônier et le directeur de la prison, ...








"Avant que la sentence soit exécutée, une petite cigarette et quelque chose à dire ?" A priori c'est la routine, gardien et directeur de la prison sont rodés à ce genre de moment, d'ailleurs on a pas de temps à perdre car c'est l'anniversaire de la fille du directeur. Seulement le condamné est volubile. Je ne spoilerai pas davantage le film au scénario vraiment original pour dire à quel point on est d'emblée accroché par le film. Le couloir de la mort nous rappelle "la ligne verte", et dans un déroulement très différent on y retrouve les mêmes ingrédients.


Bon soyons clair j'adore Berléant, vous me direz t'es pas le seul, et sans surprise il est immédiatement dans son rôle de directeur de prison insensible, du moins en apparence, il est épaulé par un Christian Marin en aumônier fantasque vraiment délicieux, mais la grosse surprise c'est l'acteur réalisateur, patrick Ridremont excellent dans le rôle du condamné à mort, c'est un conteur exceptionnel et depuis sa croix, il déroule son film, celui de sa vie, déclenchant immédiatement une énorme empathie pour celui qu'on ne voyait qu'en meurtrier, qu'en un monstre sans coeur.
Le film aurait pu s'en tenir au huis clos de la prison avec l'interaction émotionnelle des protagonistes, mais non, il faut que politiciens et surtout la télé s'en mêlent pour transformer le confessionnal en reality show inédit. Ce qu'on peut dire c'est que le film démontre clairement le coté malsain du voyeurisme qui toucherait ici à son summum, assister à l’exécution d'un homme, mais n'est ce pas un retour aux sources, rappelons nous des décapitations en place publique et surtout de la terreur qui fît surchauffer les guillotines ? comme quoi le progrès fait clairement progresser l'humanité...



Un film merveilleux dans lequel on entre lentement mais sûrement, à voir sans hésiter


Coup de coeur
9/10  
I love you I love you I love you I love you  

avatar
Admins

Messages : 333
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum