Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

1968 - 2001 l'Odyssée de l'espace - Kubrick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1968 - 2001 l'Odyssée de l'espace - Kubrick

Message  maximumuse le Dim 8 Sep 2013 - 22:19




2001 - A SPACE ODYSSEY


2H29 - UK - USA - 3 Oscars 1969












Ce film est tout simplement mon film préféré (je suis pas le seul)  Twisted Evil

D'abord l'époque:
Les gens de ma génération ont été fascinés par l'Espace qui était encore un rêve quand j'étais gosse, Armstrong sur la Lune c'est 1969, et jusqu'au milieu des années 70, tout le monde se passionnait pour les aventures d'Apollo et Saliout, la guerre technologique et médiatique entre USA & URSS en fait. Je pense que ce contexte est fondamental pour comprendre l'engouement d'un tel film mais aussi des Star Trek et autres films ou des séries comme Cosmos 1999. Pour les plus jeunes, c'est devenu banal et archi vu et  tout cela ne vous fait ni chaud ni froid, c'est parfaitement compréhensible.

Là Kubrick nous envoie aux confins de l'univers à travers une Odyssée incroyablement belle, à bord d'un superbe vaisseau piloté par un ordinateur surpuissant, chose qui fascinait aussi à cette époque, rappelons que l'informatique était embryonnaire.

Bref le fond était en lui même fascinant, ça ne l'est plus aujourd'hui.




L'esthétique:
Ce film nait à une époque où le cinéma ne se regarde qu'en salle obscure sur grand écran, c'est fondamental car Kubrick a fait un énorme travail visuel.

D'abord le début est cultissime, qui ne connaît pas le lever de soleil sur la la terre avec l'air de "Ainsi parlait Zarathoustra" ? un moment inoubliable, génial disons le, même le choix de Zarathoustra n'est pas innocent, mais n'anticipons pas, contentons nous de regarder et écouter cette symphonie cinématographique.







Ensuite la terre préhistorique est filmée comme un documentaire animalier et la succession de photos magnifiques est vraiment sublime, notamment les gros plans de la panthère ou les proto-humains terrorisés par les bruits de la nuit.

Les plans orbitaux rythmés par la valse de Strauss sont devenus immédiatement des moments cultes du cinéma, il se dégage une puissance créatrice magique, cette navette qui danse avec la station qui tourne, au rythme de Strauss, c'est beau et impossible à accélérer. La lenteur s'impose bande d'hyperactifs dopés à l'adrénaline !!  Evil or Very Mad


Pour les aficionados du jeu vidéo, cette séquence a été repompée dans le célèbre jeu Elite, premier grand jeu d'exploration spatiale, il a été ensuite imité des dizaines de fois: docking sequence


Il faut le voir sur écran géant avec un beau son et pas sur une télé ou pire sur un PC !! Hérésie !! Car l'aspect visuel est crucial et sans ça beaucoup de moments vont paraître lents et chiants




Ensuite l'Histoire:
Encore une fois pour ce genre de film de SF complexe, on ne peut pas tout  comprendre sans lire le livre d'Arthur C Clarcke, c'est impossible et c'est très bien ainsi, l'un amène à l'autre et vice versa. Je me souviens des discussions entres copains après le film pdt lesquelles chacun y allait de ses hypothèses, n'osant avouer notre incompréhension globale, un film qui faisait réfléchir et discuter.



Spoiler:

Tout est expliqué dans le livre:  le monolithe terrestre et lunaire, le vol vers Jupiter, le super-ordinateur déréglé et paranoïaque, la civilisation extra-terrestre, le changement de vie pour Dave, sa renaissance, et finalement une certaine explication de Dieu etc...


Le livre et donc le film, raconte tout simplement l'Histoire de l'Homme, depuis la fin de sa condition animale à sa conquête spatiale et anticipe son avenir dans l'Espace à la rencontre de son donneur d'intelligence.

C'est un très grand livre de SF

____________________


Coté SF:

Du singe devenu intelligent à la conquête de l'Espace, la transition se fait en 1 seul plan d'une seconde, l'os devenant spatial, quel génie ! quelle imagination !
Maître Kubrik crée une gigantesque station orbitale internationale (déjà), rejointe par une navette (déjà) et l'expérience de l'apesanteur avec les chaussures scratchs, le "WC zero gravité" ou le visiophone sont également cultes pour les vieux amateurs de SF.

La réalisation de la station orbitale et de la base lunaire sont très crédibles, et le vaisseau lunaire magistralement réalisé, on est quasiment dans une ambiance de documentaire hyper-réaliste. Le mystère qui règne est vraiment de plus en plus intriguant et captivant.On avait jamais vu ça auparavant, jusqu'à la surprenante amitié des savants américains et russes, pourtant en pleine guerre froide, véritable message politique de l'artiste.

Ensuite le vaisseau Discovery et sa pesanteur artificielle, sa zone de sport, son super ordinateur, etc... sont d'un réalisme époustouflant pour l'époque, on est plus dans la très basique passerelle de l'Enterprise de Star trek et cette partie du film a du représenter un travail colossal.

Le HAL 9000 est stupéfiant de puissance, et surtout d'humanité, car il n'est plus un robot et un automate, mais un vrai être vivant doté d'une intelligence, doté d'une autonomie de décision et hélas de troubles psychologiques, le revers de l'intelligence. C'est en fait un membre de l'équipage et finalement le plus important.








Stanley Kubrick & Arthur C Clarke






Spoiler:

1ere Partie: la Préhistoire
Il y a 4 Millions d'années, l'homme n'existe pas, il y a juste une espèce de singes, au mode de vie déjà tribal et coopératif mais sans arme naturelle, sans intelligence, elle est une proie pour les fauves et n'a rien pour dominer le monde.

Au contact d'extra-terrestres explorateurs qui découvrent la terre et ses animaux, grâce à un petit coup de pouce, ils lui insufflent l'idée d'utiliser des outils, le premier étant évidemment une arme, il va alors facilement se nourrir, se renforcer et devenir le maître du monde. l'homo sapiens était né, il allait tout inventer pour finalement parvenir lui aussi à égaler son créateur en devenant explorateur spatial.


2e Partie: l'anomalie magnétique de Tycho (TMA 1)
Nous voila donc soudainement en 2001, le voyage orbital et lunaire est devenu simple et banal. le Pr Floyd se rend sur la lune pour étudier une étrangeté magnétique enterrée, la réalisation du vol jusqu'à la station orbitale internationale puis vers la base lunaire est un bijou de réalisme pour l'époque, c'était du jamais vu et de très très loin.
Une fois sur zone, l'arrivée de la lumière solaire sur un monolithe déterré enclenche un puissant signal continu envoyé en direction de Jupiter. Mais qu'est ce donc que ce monolithe ? On ne sait rien, sauf qu'il a été enterré volontairement...


3e Partie: en route vers Jupiter
C'est le début de l'odyssée pour le Discovery et son équipage, un énorme vaisseau américain construit  à la hâte et suréquipé pour cette exploration, avec à la baguette l'ordinateur HAL9000, super calculateur communicant et 6e membre de l'équipage, un grand thème de la SF: à quel moment l'intelligence devient entité pensante et donc être vivant ? Quand le robot cesse de singer pour penser et décider ? et finalement pour détruire l'homme ?

C'est le drame, HAL devient fou, paranoïaque, il décide de tuer tout l'équipage car il pense la mission menacée, cette panne n'est pas vraiment expliquée, seul le livre ou le 2e film apporte une réponse, en fait il a reçu des ordres contradictoires et des instructions secrètes: on lui a donc demandé de mentir à l'équipage et ces contorsions "politiciennes" l'on rendu fou, ... une véritable version moderne de "l'apprenti sorcier" ou du "Dr Frankenstein".
Heureusement Dave Bowman parvient à se sauver et à le déconnecter, il poursuivra donc seul et manuellement son aventure.

4e Partie: le métro intergalactique.
Un immense monolithe est là, proche de Jupiter, Discovery s'orbite autour de la planète géante et Dave prend une sphère et pénètre dans le monotlithe.
Il voyage alors à une vitesse folle dans des mondes inconnus et merveilleux, galaxies, étoiles, planètes, ... après un interminable périple psychédélique, il atterrit dans une "cellule", réplique d'un appartement bourgeois et dans laquelle ses hôtes, les explorateurs propriétaires des monolithes, accéléreront son vieillissement pour aboutir à une renaissance, symbolisé par un espèce d’œuf transparent dans lequel l'embryon d'un être nouveau retourne vers la terre pour entamer une nouvelle page pour l'Humanité.

Finalement une explication du Dieu créateur de l'homme d'origine Extra-terrestre qui en vaut bien d'autres.
Bref Kubrik est un génie  I love you 



Dernière édition par maximumuse le Mer 11 Oct 2017 - 8:11, édité 17 fois
avatar
maximumuse

Messages : 310
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1968 - 2001 l'Odyssée de l'espace - Kubrick

Message  maximumuse le Mar 20 Sep 2016 - 21:55

Origine du monolithe:

Il y a de nombreuses explications, tj un peu spirituelles forcément
Par exemple l'oeuvre d'un peintre français:


Georges Yatrides
Il inspira certainement Clarke et Kubrick pour le fameux monolithe:


1957 1ère apparition des Plaques Interstellaires de Yatridès 1957- 1965. "L'adolescent regarde sa main, agrandie par le jeu de la perspective, jusqu'à devenir le centre du tableau : une main qui parle. L'enfant, assis sur un escalier, nous tourne le dos pour regarder passer dans le ciel une plaque, très allongée, une plaque toute simple, mais une plaque contenant tous les rouages génétiques, toutes les connaissances, toutes les prophéties, idéale promesse de toutes les illuminations". A. Conte

"C'est cette même plaque qu'adopteront Kubrick et Clarke cinq ans plus tard, en 1968, Plaque qui est le fondement et le moteur de "2001:Odyssée de l'espace", et dont Kubrick fera un triomphe cinématographique..Déjà par là, nous atteignons aux grandes visions cosmiques". Extraits de "Yatridès maître du temps" ouvrage d' Arthur Conte Ministre, Président directeur des chaînes initiales de télévision sous Georges Pompidou, préconisé par Charles De Gaulle.







Carrémént troublant, sa vision du foetus:

le nom est sans équivoque: Shocked


- Bowman embryogenesis resurrection -

Là c'est carrément la scènefinale repompée jusqu'au titre sur Yatrides Wink
...


Dernière édition par Forum le Ven 4 Nov 2016 - 8:33, édité 1 fois
avatar
maximumuse

Messages : 310
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1968 - 2001 l'Odyssée de l'espace - Kubrick

Message  maximumuse le Mar 27 Sep 2016 - 17:58

l'aviez vous remarqué ?









Une présentation loufoque Laughing

avatar
maximumuse

Messages : 310
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum