Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

1956 - Planète Interdite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1956 - Planète Interdite

Message  maximumuse le Dim 8 Sep 2013 - 22:13




La bande son cultissime, à écouter au moins une fois dans sa vie en lisant
Bienvenue sur la Planète Interdite
CLICKEZ  

Very Happy



Allez je ré-enfile ma tenue d'archéologue pour vous donner mon avis sur ce petit bijou, comme toujours dès qu'on regarde un vieux film on peut très vite mourir de rire et décrocher, mais si on a une once de curiosité on dépasse cette posture puérile pour mesurer la différence entre ce film et ses prédécesseurs, enfin si on en a vu des encore plus vieux  Laughing
_________________________________________________________


D'abord ce film est plus vieux que moi, hé ho, quand même !  Very Happy et forcément je l'ai découvert bien après à l'occasion d'une diffusion sur notre télé N&B, et bien malgré la mauvaise qualité technique d'un poste des années 70, j'en garde le souvenir ému d'un grand moment de cinéma, il faut dire que l'on baignait dans ces histoires de martiens qui devaient envahir la terre, de soucoupes volantes aperçues, de Roswell, ... aussi les séries "les envahisseurs", "Cosmos 1999", "Au delà du réel", etc. cartonnaient, bref l'espace était encore bien inconnu, mystérieux et surtout inquiétant.  Twisted Evil

Grâce aux progrès j'ai pu enfin le visionner en grand écran, version colorisée et son restauré, et forcément c'est mieux, mais en fait ça n'est pas le plus important, si les effets spéciaux sont nombreux et bluffants en 1956, aujourd'hui ils ne nous impressionnent plus, mais l'intérêt est ailleurs, dans un charme désuet, celui des années 50, toute une ambiance avec cette musique psychédélique, et dans le fond surtout, un thème archi repris: celui des civilisations extra-terrestres fantastiquement plus évoluées que nous, mais néanmoins mystérieusement disparues. Et c'est bien là un des messages traditionnels des auteurs de SF, la mise en garde, l'avertissement des visionnaires: > la destruction d'une espèce par elle même, par sa propre technologie !

C'est l'apprenti sorcier qui ne maîtrise plus ses envoûtements, c'est le Dr Frankenstein dépassé et tué par son monstre, c'est la stricte démonstration que la Science est source de progrès, mais aussi de risques immenses, et que plus que jamais "Science sans conscience est ruine de l'âme" . Car il ne faut jamais oublier la part de folie qui guette toute aventure scientifique et hélas les risques mercantiles qui violent toutes raisons pour le profit de quelques uns. La science est une arme à double tranchant, l'un qui peut être l'outil qui défriche notre marche en avant en détruisant les obstacles et l'autre qui peut nous décapiter...

N'est ce pas d'actualité ?

Ne sommes nous pas rendus à l'instant crucial de ce type d'interrogation ? Ne sommes nous pas au pied du mur de nos erreurs, de nos folies ? C'est le fond général de nombreuses œuvres de SF, et la faculté de visionnaire de toute fiction qui cherche à imaginer tous les avenirs possibles, et surtout les plus sombres, véritable machine à voyager dans le futur pour y vivre les conséquences de nos erreurs.
Les premières minutes en HD, avec la passerelle et la salle de téléportation


Spoiler:



D'abord l'innovation c'est que l'humanité a tellement progressé que c'est elle qui voyage en soucoupe volante, une vraie rareté. L'équipage est très militaire car il s'agit d'une mission de secours, ce qui crée un climat un peu rude et bien peu diplomatique, mais l'idée est bonne puisque le noyau d'officiers fait bien sûr penser à Star Trek: Un commandant, un second, un officier scientifique et médical.

Comme tj dans les films de cette époque ce qui frappe c'est le ton, il est  vif, direct, sans compromis et sans crainte, l'époque était à la confiance, la nuance ou l'ambivalence n'était pas de mise.

La planète est quasiment désertique et n'est pas du tout développée, l'essentiel se déroule autour du vaisseau et surtout dans le laboratoire du Professeur et tout tourne autour de sa personnalité. Seul rescapé d'un vaisseau précédent, il refuse son rapatriement pour continuer à étudier l'immense univers des Krells, cette civilisation incroyablement avancée et mystérieusement détruite par on ne sait quoi.


Robby le robot est immédiatement devenu une star, et comme celui de métropolis il allait devenir culte et source d'inspiration, purement utilitaire et défensif il est très vite attachant et sympathique surtout pour les soldats pour lesquels il produit des hectolitres de whisky, vraiment un bon camarade !  Very Happy

La naïve fille du Professeur, est à croquer, et évidemment les membres de l'équipage essaieront d'en profiter, et récolteront quelques baisers à visée scientifique pour cette extra-terrestre qu'il faut bien étudier et instruire des mœurs terriennes : smile :


Dans l'exploration de l'univers, l'homme doit s'attendre à être dépassé par des forces supérieures et il doit néanmoins parvenir à surmonter les pires situations, c'est exactement l'ossature de la série des Star trek qui doit tant à ce film.
le film est disponible en français sur Dailymotion en N&B et colorisé
les 20 premières minutes


GENERIQUE CINEMA - La Planète Interdite (Science... par generique-cinema
avatar
maximumuse

Messages : 310
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum