Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

1982 - Blade Runner - R Scott

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

1982 - Blade Runner - R Scott

Message  Admins le Dim 8 Sep 2013 - 21:50



R i d l e y    .   S C O T T - U. K. - 1982

"Plus humain que l'humain" - TYRELL Corporation

Distribution:
Harrison Ford: Rick Deckard
Rutger Hauer: Roy Batty
Sean Young: Rachel
Edward James Olmos: Gaff
M. Emmet Walsh: Bryant
Daryl Hannah: Pris
William Sanderson: J. F. Sebastian
Joe Turkel: Eldon Tyrell
Brion James: Leon Kowalski
Joanna Cassidy: Zhora
Résumé:
2019 Los Angeles, la terre est polluée et les animaux ont disparus, le climat est épouvantable, gris et pluvieux,  du coup la colonisation d'autres planètes est une priorité. Avancée technologiquement, les robots sont plus vrais que les vrais, que ce soit les animaux ou les androïdes, impossibles à reconnaître sans tests poussés, la quintessence étant le modèle réplicant Nexus 6, véritable chef d'oeuvre de leur créateur Mr Tyrell. Mais certains se rebellent, échappant à leur destinée de serviteur, il faut alors les éliminer, c'est la mission des blade runners.

La fiche de la suite: Blade Runner 2049 >>>

la discussion sur cet Univers



Philip K Dick, impossible de parler de ce film sans parler de ce génial romancier, à qui le film doit tout, Scott assume d'ailleurs qu'il s'agit d'un hommage à ce Jules Verne du XXe siècle. " Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? ", c'est le nom étrange du roman qui évoque la disparition des animaux, les humains rêvant de chat, chien ou mouton, alors à quoi rêvent les androïdes ?

Very Happy génial non ?

Publié en 1966, il est amusant de voir le Los Angeles de 2019 imaginé par PK Dick, comme la plupart des écrivains d'anticipation, il est pessimiste, mais quand on voit un monde pollué, une planète humide en raison du changement climatique et des robots partout, est on si loin de cette sombre prévision ? Peut-être juste un peu en retard sur le calendrier si on continue nos conneries.

Ce film marqua l'histoire du cinéma de SF et il faut voir le making of pour mesurer le colossal boulot de Scott, l'adaptation du roman a pris des années. Il puisa largement dans la BD, notamment Enki Bilal et les univers sombres de "Métal Hurlant", tapez enki bilal dans google images et vous allez retrouver la base graphique du film. La musique fût composée par Vangélis, synthétique et planante, elle est désormais culte. Enfin la distribution est parfaite, Harrison Ford n'ayant pas forcément le premier rôle.
Bref une Masterpiece ! Cool


Certains disent qu' Harrison Ford est assez plat dans ce film et effectivement ce sont surtout les rôles secondaires qui excellent, mais je suis sûr que c'est volontairement que Scott a mis en valeur les parias que sont ces réplicants révoltés, qu'on élimine pour avoir désobéi alors qu'ils ne veulent rien d'autre que survivre. D'ailleurs sa mission est particulièrement inutile puisque leur temps de vie arrive à son terme et qu'ils vont mourir de vieillesse automatiquement, c'est prévu par le génial créateur.

Le Blade runner n'est finalement qu'un paumé, vulgaire nettoyeur sans cervelle ni état d'âme, un faire valoir pour les androïdes pensants que sont les haut de gammes du fabricant dont la devise est "plus humain que l'humain", et la scène finale le prouvera bien. Le héros du film c'est le Nexus 6 et son "Humanité", on est pas à un paradoxe prêt.

Encore une fois le livre aide à approfondir la question, Dick, ce créateur d'univers glauques, dépeint un angoissant futur, dans lequel les animaux ont disparu, quasiment, ils sont remplacés par des automates très crédibles et les vrais animaux valent une fortune et les humains rêvent donc de posséder un mouton, un cheval, ... plutôt qu'une BMW :-)  les infos récentes nous annoncent toujours plus d'espèces éteintes ou en voie de l'être, alors PK Dick visionnaire ? il semble bien que oui hélas.

Le parcours du nettoyeur est classique, du tueur froid, il bascule progressivement dans le doute, étape après étape, après chaque rencontre, il ouvre un peu plus les yeux sur l'humanité de ce qu'on croyait être des machines, avec en toile de fond son amour pour Rachel et au final sa vie épargnée par un Rutger Hauer époustouflant, son plus grand rôle et le vrai héros du film. On pourrait dire que l'amour pour Rachel et la pitié de Roy, auront sorti le tueur de son nihilisme pour le réanimer en être Humain.

Quant à la musique, à cette époque la musique planante était à la mode, depuis les Floyd en passant par Oldfield et chez nous Jarre, et effectivement Vangelis était une référence, rappelez vous des "Chariots de feu". Et encore une fois il n'y a pas de lenteurs, mais une ambiance noire, moite, artificielle, ... véritable hommage à Dick, du temps où les réalisateurs n'avaient pas besoin de ritaline ni d'effets spéciaux à profusion pour cacher leur vacuité.  Very Happy 



Scénario:5/5  Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Acteurs:5/5  Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Photos:  5/5  Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Musique: 5/5  Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Emotion: 5/5  Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

"Quite an experience to live in fear, isn't it? That's what it is to be a slave." - Roy Batty





Dernière édition par Forum le Sam 14 Jan 2017 - 6:38, édité 1 fois
avatar
Admins

Messages : 298
Réputation : 15
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1982 - Blade Runner - R Scott

Message  Admins le Ven 2 Fév 2018 - 22:16

Bon j'ai craqué Very Happy  j'avais déjà le bluray, mais la remastérisation 4K m'a trop tenté, même si pour le moment mon projecteur plafonne à 1080p

Voilà donc le coffret 35e anniversaire: 4 disques + 1 artbook:

1 - l'Ultra HD Blu-ray 4K (HDR) du film en version "Final Cut" de 2007 (117'36")
2 - le Blu-ray du film (HD 1080p AVC - VF DD 2.0 / VOST DD 5.1) avec :

  • version cinéma américaine de 1982 (117'29")
  • version cinéma internationale de 1982 (117'13")
  • version "Director's Cut" de 1991 (116'38")

3 - un Blu-ray de bonus
4 - le DVD du film en version "Final Cut" de 2007

- le livre "The Art of Blade Runner" / "Blade Runner From the Archive" avec photos et croquis inédits (80 pages)









Franchement l'image est vraiment plus nette que le bluray et j'imagine qu'avec une télé 4K ça doit vraiment être flagrant, ensuite le son également est bluffant, comme d'hab surtout la VO 7.1 alors que les autres sont toutes en 5.1 avec vraiment moins de présence c'est flagrant aussi, et encore une fois la musique de Vangelis est juste parfaite pour cet univers fantastique.

Après un X ième visionnage, au risque de me répéter, on ne dira jamais assez à quel point Rutger Hauer est le héros du film, sa prestation est magistrale et va croissante avec son apogée pendant le final où il devient le chasseur, le loup, qui donne une leçon d'humanité au "blade runner" le bien nommé pendant cette séquence où il va courir, courir, grimper, escalader, un "run for your life" qui va lui faire comprendre ce que signifie qu'être traqué comme une bête, et ça lui sera utile puisque ça va être sa nouvelle vie avec Rachael ... mais j'anticipe  ;-)

Un mot aussi pour les autres Nexus, l'implacable Léon, qui initiera Deckard à la peur, la sublimissime Darryl Hannah (Pris), machine à séduire au corps parfait qui est elle aussi à chaque regard, mimique ou geste juste parfaite, notamment pdt son exécution avec ses mouvements un peu mécaniques dans l'atelier des automates de JF Sebastian.


Enfin que dire de Sean Young (Rachael)  ? Et bien qu'elle est belle, très belle même, toute en douceur,elle est même angélique dans la scène intimiste chez Rick et que Deckard ne peut en aucun cas lui résister, ... dommage que sa carrière professionnelle fût éclipsée par la suite, fuyant Hollywood et ses frasques, d'après ce que j'ai lu, une blanche colombe dans le film et dans la vie. Au total:  un casting vraiment réussi et une direction d'acteur du maitre Scott qui laisse rêveur et admiratif.  cheers
avatar
Admins

Messages : 298
Réputation : 15
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1982 - Blade Runner - R Scott

Message  niobé le Mer 7 Fév 2018 - 12:26

Quand je pense qu'il y en a qui regardent des films sur un écran de smartphone ….
avatar
niobé

Messages : 223
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1982 - Blade Runner - R Scott

Message  Admins le Mer 28 Fév 2018 - 20:33

Une des plus belles phases du film, avec la musiqueculte de Vangelis, là c'est la rondeur d'un saxophone qui colle parfaitement aux tourtereaux Very Happy

"The Rachael's song"

avatar
Admins

Messages : 298
Réputation : 15
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1982 - Blade Runner - R Scott

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum