Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous
Derniers sujets
» 2012 - Les Chants de Mandrin
Sam 19 Jan 2019 - 8:22 par maxi

» 1927 - Octobre - Eisenstein
Ven 18 Jan 2019 - 14:58 par maxi

» 2018 - Revenge
Ven 11 Jan 2019 - 23:27 par maxi

» 1973 - Belladonna (La Belladonne de la tristesse)
Mer 9 Jan 2019 - 17:55 par nunu21

» Le reveil culturel Européen ?
Mer 9 Jan 2019 - 16:32 par nunu21

» Ringo Lam
Mar 8 Jan 2019 - 20:58 par maxi

» 1986 - Le nom de la Rose - Annaud
Ven 4 Jan 2019 - 21:13 par maxi

» 2018 - Battleship Island - Ryoo Seung-wan
Jeu 3 Jan 2019 - 18:01 par maxi

» 1938 - La Marseillaise - Jean Renoir
Mer 2 Jan 2019 - 0:10 par maxi

» The Leftovers - Serie TV
Mar 1 Jan 2019 - 17:21 par Damman

» Accueil - Nouveau Membre, ça commence ici
Mar 1 Jan 2019 - 9:03 par Admins

» 2017 - Parvana, the Breadwinner
Lun 31 Déc 2018 - 12:50 par maxi

» 2017- The Spacewalker
Sam 22 Déc 2018 - 10:43 par maxi

» 2018 - Alpha
Sam 22 Déc 2018 - 8:34 par maxi

» 2018 - Terminal
Dim 18 Nov 2018 - 21:28 par maxi

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Dim 2 Avr 2017 - 7:23

2017 - Ghost in the shell

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

2017 - Ghost in the shell

Message  maxi le Mer 26 Juil 2017 - 10:11




Ma génération est plutôt hermétique aux mangas, c'était inexistant dans mon enfance, aussi je zappe en général cet Art, mais bon un film de SF avec Scarlett c'est indispensable. C'est donc avec une simple curiosité et sans aucune attente que j'ai vu "Ghost in the Shell". La première impression c'est qu'on est dans du déjà vu, le futur de la ville a été largement imaginé et décliné dans des films devenus cultes depuis même "Métropolis" (1927) et ensuite toute la SF avec comme repère incontournable "Blade Runner" (1982)  fruit des romans de Philippe K Dick et de l'univers BD de Métal Hurlant ou comme "le 5e élément" lui aussi graphiquement issu de la BD. Donc des villes sombres, polluées par une surpopulation, trop de voitures et hyper connectées avec des lumières, des pubs hologrammes de partout c'est connu. Mais bon c'est très très bien réalisé.

Là n'est pas l'essentiel. C'est le fond qui compte, il est intéressant bien que le sujet a lui aussi déjà été beaucoup traité, "l'homme cybernétique", bon là c'est une femme, on pense à la série vintage "l'homme qui valait 3 milliards" mais bien plus près à "Robocop" dont le scénario est finalement quasiment le même, transposé dans un manga, et pour les adeptes du jeu vidéo on pense immédiatement au cultissime "Deux Ex". Voilà pour la mise en place.

Alors globalement on suit l'action et l'intrigue d'une façon très prévisible avec qqs surprises néanmoins mais bon on voit venir le truc d'assez loin, c'est finalement plus un film d'action dans la 1ere partie et plus SF dans la seconde, un bon divertissement mais une Scarlett qui semble coincée dans ce genre de personnage mutant, surhumaine et qui gagnerait à changer de registre  Twisted Evil

Donc pour les plus jeunes qui ne savent pas de quoi je parle, le film sera super car vraiment bien construit et réalisé, mais pour les afficinados de la SF, c'est quand même l'impression de réchauffé qui domine
ma note 2,5/5







Spoiler:


Bon alors greffer un cerveau sur un robot, c'est exactement "Robocop" et la société Hanka qui propose la sécurité avec ses produits, c'est encore "Robocop", le conflit entre l'état, le maire ou le ministre, et le privé, une multinationale cynique (pléonasme), c'est toujours "Robocop",   le cobaye à qui on a essayé d'effacer la mémoire pour avoir un produit humain amélioré rebooté, c'est encore une fois "Robocop", enfin la rebellion au contact de la vérité, les fantomes qui se réveillent, c'est encore et toujours "Robocop"...

Voilà ce qui me gène et qui pourrait même donner un procès pour plagiat, on en a connu pour moins que ça. Paul Verhoeven semble cool mais c'est vrai qu'il n'est pas américain,...

D'une façon générale c'est le problème de la SF en général, depuis Jules Verne, PK Dick, Arthur C Clarke ou Isaac Asimov, tant de choses ont été écrites, imaginées que forcément il est très très difficile d'innover et probablement que ce domaine évoluera dans plusieurs décennies quand notre réalité proposera d'autres idées de futur, là on semble tous coincés dans les mêmes univers.

maxi
maxi

Messages : 188
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum