Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

BD 44e festival d'Angoulème 2017

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Dim 22 Jan 2017 - 6:26

Un peu de 2016 avant de partir vers Angoulême pour la prochaine édition dans quelques jours :



au théatre, expo Otomo, créateur d'"Akira", président du festival 2016 :







le maitre au travail :



quelques dessins plus sombres :





hommage par Ledroit :




Dernière édition par niobé le Dim 22 Jan 2017 - 7:00, édité 2 fois
avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Dim 22 Jan 2017 - 6:40

quelques uns des albums en compétition :



un peu de l'ambiance :







avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Dim 22 Jan 2017 - 6:46

expo "Lucky Luke", pour ses 70 ans :



quelques comédiens dans la peau des personnages, devant la cité de la BD :



avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Dim 22 Jan 2017 - 6:54

remise du prix de la BD oecuménique à l'église st Martial :



expo "Hugo Pratt" à l'espace Franquin :



expo "st Exupéry" à la cathédrale :

avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Dim 22 Jan 2017 - 7:11

et pour finir, au musée d'Agoulême, derrière la cathédrale, des parodies de célèbres tableaux, sur le thème des canards :



version de Vinci :



version Veermer :



version Rembrandt :



version Lichtenstein :



bon, c'est sûr, faut connaitre les tableaux d'origine pour vraiment apprécier, ça m'a bien fait marrer.


Dernière édition par niobé le Dim 22 Jan 2017 - 7:22, édité 3 fois
avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  maxi le Dim 22 Jan 2017 - 7:29

Quel beau reportage merci pour cette rétrospective Very Happy
avatar
maxi

Messages : 175
Réputation : 5
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  Admins le Mer 25 Jan 2017 - 18:52

le Suisse Bernard Cosey reçoit le Grand Prix d’Angoulême
LE MONDE | 25.01.2017 à 18h32 | Par Frédéric Potet (Angoulême, envoyé spécial)

Auteur d’une œuvre audacieuse et originale, le dessinateur vaudois de 66 ans a été distingué lors du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, mercredi.




« Souviens-toi, Jonathan », premier album de Bernard Cosey, paru en 1977.
Son héros est amnésique, ce qui n’est pas le cas de ses lecteurs. Cosey (de son vrai nom Bernard Cosendai) est devenu, mercredi 25 janvier, le nouveau Grand Prix de la ville d’Angoulême, à la suite du scrutin organisé en amont du Festival international de la bande dessinée (26-29 janvier) auprès des professionnels du secteur (dessinateurs, scénaristes, coloristes). Agé de 66 ans, il est l’auteur d’une œuvre audacieuse et originale, marquée par l’intimité des histoires qu’il raconte depuis la création de son personnage fétiche, Jonathan, au milieu des années 1970.

Deuxième Suisse à figurer au palmarès des Grand Prix après Zep (2004), il succède à Hermann, avec lequel il a en commun de partager le même éditeur, Le Lombard. Tout l’oppose, pour le reste, aux univers âpres et pessimistes du dessinateur belge, qu’on célèbre cette année au bord de la Charente. Les albums de Cosey sont mélancoliques, contemplatifs, humanistes, et parfois même méditatifs. Les « aventures » qu’il propose se déroulent autant au milieu de paysages immaculés – aux confins du Tibet (qu’il connaît bien pour y être allé plusieurs fois) ou du Grand Nord américain – que dans la psyché de personnages à la sensibilité chahutée.
La bande dessinée franco-belge doit à Cosey une petite révolution quand, en 1975, paraît dans l’hebdomadaire Tintin une histoire n’étant pas destinée au départ à devenir une série, Souviens-toi, Jonathan. Son héros est un jeune homme ayant perdu la mémoire, qui s’enfuit de la clinique où il est enfermé pour rejoindre l’Himalaya, dans l’espoir de trouver trace de son passé. Pétries de tendresse et de simplicité, de nombreuses rencontres avec les habitants des hauts plateaux tibétains jalonneront son séjour, raconté à la manière d’un voyage intérieur.
Pareille fiction n’était pas habituelle pour les jeunes lecteurs de bande dessinée de l’époque. « Ceux-ci avaient le choix entre les héros “classiques”, qui paraissaient dans Tintin ou Spirou, et les antihéros, qu’on trouvait dans Pilote, se souvient Cosey. Je ne me sentais à l’aise dans aucune catégorie, un antihéros étant aussi stéréotypé qu’un héros, à mes yeux. J’ai voulu créer un personnage qui soit proche de ce que chacun ressent au fond de soi. »
Des musiques à écouter avec ses albums
Le dessinateur va emprunter le prénom Jonathan au best-seller du romancier américain Richard Bach, Jonathan Livingstone le goéland (1970). Il va être, aussi, l’un des tout premiers auteurs de BD à proposer des sélections musicales à écouter pendant la lecture de ses albums (Pink Floyd et Mike Oldfield pour ce premier opus). Il va, enfin, se permettre une mise en scène libérée de toute contrainte formelle, avec des dessins qui débordent des cases, des cases qui s’exonèrent des « gaufriers » de la BD franco-belge, et une conception de la narration dessinée proche de l’idéogramme.

Cette audace, Cosey la doit en grande partie à Derib, le créateur de Yakari et Buddy Longway. Il passera sept ans dans l’atelier de son maître. C’est avec lui qu’il « montera » à Paris et Bruxelles afin de placer Jonathan dans un journal. « Tous l’ont refusé. Sauf Tintin, le seul où je ne voulais pas qu’il soit publié au départ, car c’était le journal de Derib. Vu que mon style était alors du “sous-Derib”, je craignais de souffrir de la comparaison », se souvient-il. Le public offrira un accueil enthousiaste à Jonathan, qui, de one shot, va devenir une des séries majeures de la bande dessinée des années 1970 à 1990.

L’un des premiers à développer le roman graphique
Mais Cosey va s’en lasser, et surtout vouloir expérimenter d’autres formats, comme le roman graphique, qu’il est l’un des tout premiers à développer en Europe, avec A la recherche de Peter Pan, un diptyque situé en Suisse. Suivront de nombreux albums imprégnés des mêmes ambiances éthérées et de ce faux rythme assumé qui privilégie l’introspection à l’action pure : Le Voyage en Italie, Saigon-Hanoï, Zeke raconte des histoires, Le Boudha d’Azur… Autant d’albums proches du carnet de voyage, qui n’empêcheront pas Cosey de revenir régulièrement à Jonathan, parfois après de longues interruptions (onze ans entre les tomes 11 et 12).
Son dernier « pas de côté », en 2016, a pour le moins surpris ses lecteurs : Cosey a en effet participé au projet de Glénat de revisiter les personnages de Disney, avec un album appelé Une mystérieuse mélodie, dans lequel il raconte la toute première rencontre (amoureuse) entre Mickey et Minnie. De son prochain projet le dessinateur vaudois ne veut en revanche rien dire, sinon qu’il sera totalement en noir et blanc : une première pour ce maître des couleurs.


Arrow En savoir plus
avatar
Admins

Messages : 297
Réputation : 15
Date d'inscription : 05/06/2013

http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Jeu 26 Jan 2017 - 7:15

Allez hop, c'est parti, direction Angoulême ! cheers
avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Sam 28 Jan 2017 - 19:11

Comme je vois bien que vous attendez les photos de 2017 avec une impatience non dissimulée Very Happy , j'attaque dès aujourd'hui.



Un petit peu de l'ambiance pour commencer, avec les gros éditeurs :

Casterman avec sa version colorisée de l'album "tintin au pays des soviets", qui marche très fort paraît-il :


dans la même maison, Tardi à l'honneur avec son nouvel album "le dernier assaut" :


quelques oeuvres en compétition :


évidemment, Deadpool en tête de gondole chez Panini comics :


Dupuis de retour à Angoulême après plusieurs années d'absence, avec Spirou au boulot :


divers :






manhwa = manga, mais en coréen :


un obélix obélisque devant la gare, en hommage à Goscinny :


madame Azoulay (en blanc, sous le micro), notre ministre de la culture, j'aurais bien voulu lui serrer la paluche  Very Happy , mais pas moyen de s'approcher, d'où la photo un peu petite :
avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  niobé le Sam 28 Jan 2017 - 19:29

Bon, la suite demain, parce que là, c'est l'heure de l'apéro. Twisted Evil
avatar
niobé

Messages : 224
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/09/2016
Localisation : Blois

Revenir en haut Aller en bas

Re: BD 44e festival d'Angoulème 2017

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum