Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le chantier du Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous

1989 - Star Trek V the final frontier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1989 - Star Trek V the final frontier

Message  Admins le Mar 1 Nov 2016 - 16:12







- Informations -
Titre original:
Star Trek V, The final frontier
Réalisation:
William Shatner
Scénario:
David Loughery
Musique:
Leonard Rosenman
Pays d’origine:
États-Unis
Genre:
Science-fiction
Sortie:
1989
Durée:
102 minutes




- Acteurs principaux -
William Shatner:
Amiral James T Kirk (Commandant)
Leonard Nimoy:
Mr Spock (attaché scientifique)
DeForest Kelley:
Dr Mc Coy (médecin-chef)
James Doohan:
Scotty (Ingénieur)
George Takei:
Lt Sulu (Pilote)
Nichelle Nichols:
Lt Nyota Uhura (Communications)
Laurence Luckinbill:
Sybock


les 3 mousquetaires


Résumé:
Un vulcain illuminé, s'empare de la planète nimbus III grace à un étrange pouvoir mental, ceci dans le but d'attirer un vaisseau de secours vers cette planète et de le voler pour accomplir une quête étrange vers le centre de la galaxie.

Mon avis:
Ce film est sorti en 1989, et Oh surprise c'est William Shatner lui même qui prend les commandes de la caméra, mais il faut se rendre à l'évidence, ça n'est pas son métier, du coup le film est globalement plutôt plat. Il se construit sur les relations fortes entre le trio Kirk-Spock-McCoy, véritables mousquetaires déclinant une version intergalactique du "un pour tous, tous pour un". Le problème c'est que cela fait maintenant 3 films qui reposent sur cette liaison et que ça commence à faire un peu beaucoup, un peu trop. Ce qui frappe vraiment cette fois c'est l'âge des acteurs, surtout Mc Coy ou Uhura, particulièrement ridés, raides et de moins en moins crédibles en aventuriers spatiaux. Autant cette maturité était sympathique dans les 4 premiers films, autant désormais elle devient crépusculaire et on se dit que l'on voit le dernier STOS en ce qu'on pourrait appeler "le film de trop".

Donc je suis globalement déçu de ce 5e opus, visiblement mal préparé, bâclé et symbole de la fin d'une époque.
Spoiler:




le début se passe pdt une permission pdt laquelle nos héros visiblement s'ennuient, décidément trop dépendants de leur passerelle, et complètement handicapés loin d'elle. Le camping du trio essaie d'insuffler un esprit d'amitié, mais il ne s'en dégage qu'un vague esprit de guerrier en permission, redécouvrant les plaisirs du whisky et du chant autour du feu de camp. Bref la sauce ne prend plus vraiment. Passons.

Viens ensuite la mission, forcément vitale, encore une fois on a droit au vaisseau insuffisamment préparé, avec un ingénieur Scott overbooké à 200% qui court partout, un petit air de déjà vu ? il faudrait vraiment trouver autre chose comme mise en place de l'aventure. Mais Passons.

Un vulcain renégat, aux pouvoirs mentaux d'hypnose s'empare d'une planète mal nommée "Paradis", dans le seul but d'attirer un vaisseau spatial, évidemment Starfleet mord à l’appât et y envoie l'enterprise B et son maigre équipage. Encore une fois un tumultueux Klingon veut la mort de Kirk, hum ça sent plus le réchauffé là, c'est carrément le même cadre que les épisodes 2 & 3 !! Mais bon Passons, voyons la suite.

En fait ce messie n'est pas méchant, c'est le demi-frère de Spock, banni de Vulcain pour hérésie, et il veut en fait rejoindre le coeur inviolé de la galaxie, là d'où aucun vaisseau n'est jamais revenu, pour y rencontrer, ... Dieu. Ha on se dit que le film trouve enfin un intérêt.

Curieux par essence, l'équipage se prête finalement de bon grès à cette exploration, après tout c'est leur raison de vivre, et les voilà traversant sans difficulté et avec succès cette infranchissable barrière. Ils se posent sur une planète désertique, et entre en contact avec une entité présumée divine. Ils sont d(abord subjugués, pensant avoir atteint le saint Graal. Heureusement que l'esprit pratique de Kirk reste en éveil puisque cette entité veut emprunter le vaisseau spatial. Or quel est ce Dieu qui a besoin de faire du stop ? très vite l'erreur se révèle à tous, il ne s'agit en réalité que de l'âme bannie de Sybok qui l'attira jusqu'ici pour enfin quitter cette prison.

Finalement c'est grâce à la collaboration du vieux triumvirat de Nimbus (un terrien, un klingon, une romulanaise) que tout s'arrange; Laissant augurer une suite pacifiée entre ces 3 ennemis traditionnels, réconciliés magistralement grâce à cette aventure. Peut-être le message le plus important du film, qui annonce l'avenir de la fédération et l'arrivée d'un officier Klingon à bord des futurs vaisseaux Enterprise.

Le film se cloture en qqs minutes autour du feu de camp sans aucun souffle particulier.

scènes pathétiques et loufoques malgré elles:
- Spock en chaussures volantes
- Uhura dansant nue dans le désert
- Scotty s'assommant ds l'Enterprise

On est en droit d'être inquiet pour l'avenir de cet univers et pour un 6e film...

Que vont ils inventer pour finir cette saga ?


Une notation épouvantable mais justifiée, car qui aime bien châtie bien !  Twisted Evil

Scénario:1/5  
Acteurs:  2/5
Effets:   2/5      
Musique: 2/5  
Emotion: 1/5    


- compte commun du forum -
avatar
Admins

Messages : 333
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum