Forum Cinéma et Séries
Bienvenue dans le Salon des Cinéphiles ;-)

Rejoignez nous
Derniers sujets
» Le Joueur d'Echec de Stefan Zweig
Aujourd'hui à 12:32 par Damman

» Le Cinéclub de Niobé
Hier à 19:07 par niobé

» 2001 - Les aventuriers du monde perdu
Sam 9 Déc 2017 - 8:42 par maxi

» Designated Survivor - Serie TV
Mar 5 Déc 2017 - 18:54 par maxi

» Je suis un Nouveau Membre > Bienvenue > merci de clicker ce sujet
Ven 1 Déc 2017 - 19:24 par nunu21

» La Fantasy a de beaux jours devant elle
Dim 26 Nov 2017 - 21:09 par Damman

» Handmaid's tale - (Serie TV)
Mer 22 Nov 2017 - 7:40 par maxi

» STRANGER THINGS : génie ou produit marketing?
Dim 19 Nov 2017 - 19:46 par Damman

» House of Cards - Serie TV
Dim 19 Nov 2017 - 11:38 par maxi

» Netflix menace-t-il les salles de cinéma ?
Ven 17 Nov 2017 - 22:19 par Lulu-

» Cine Pedia, toujours là !
Ven 17 Nov 2017 - 13:35 par Cine-Pedia

» Bar du Geek: technique, Vidéos compressées, formats etc...
Ven 17 Nov 2017 - 10:03 par maxi

» The Orville - Serie TV
Ven 17 Nov 2017 - 9:08 par maximumuse

» The Walking Dead - Série TV
Ven 17 Nov 2017 - 9:01 par maximumuse

» 2017 - l'école buissonnière
Dim 12 Nov 2017 - 15:56 par niobé


1956 - Géant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1956 - Géant

Message  maximumuse le Dim 8 Sep 2013 - 20:46


GIANT

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

GEORGES STEVENS - 1956 - 3H21 - USA


Distribution:
Elizabeth Taylor: Leslie  Benedict
Rock Hudson: Jordan Bick Benedict
James Dean: Jett Rinck
Carroll Baker: Luz Benedict II
Mercedes McCambridge: Luz Benedict
Chill Wills: L'oncle Bawley
Maurice Jara: Docteur Guerra
Jane Withers: Vashti Snythe
Dennis Hopper: Jordan Benedict III
Earl Holliman: Robert « Bob » Dace
Sal Mineo: Angel Obregon II  

Résumé:
Texas, quelques années avant la 2e guerre mondiale, la famille Benedict règne sur un immense ranch avec des dizaines de milliers de têtes de bétail, Bick et sa soeur Luz dirigent d'une main de fer les ouvriers texans et surtout méxicains. Mais Bick se marie et sa soeur acceptera très mal cette fille de l'Est implantée dans l'Ouest si dur. Jett est le works boy (homme à tout faire), Bick le déteste, mais Luz au contraire l'aime bien et s'oppose à son renvoi. Et quand cette dernière disparait Jett héritera d'un lopin de terre qui va  changer sa vie, le Dieu pétrole allait d'ailleurs tout changer au texas.


Quel grand moment de cinéma, une saga familiale étalée sur 20 ans, qui raconte la vie du Texas, à travers un trio de jeunes acteurs vraiment géniaux: Elisabeth Taylor, Rock Hudson et James dean pour son 3e et dernier film. D'abord le scénario est passionnant, il servira de trame à la célèbre série Dallas, J.R. étant d'ailleurs les initiales d'un des héros.. J'ai été d'abord captivé par cette page d'histoire, même romancée il y a tj une part de vérité, la vie de Jett Rinks étant inspirée d'un personnage ayant existé. Ce qui frappe avec les films de cette époque c'est le rôle des jeunes, rebelles, bien décidés à rompre les traditions familiales, religieuses et sociétales, notamment pour des femmes bien décidées à être autre chose que des épouses aimantes et surtout soumises. Ce genre de films a du grandement aider la cause féminine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais surtout la confrontation des ces 3 talents ne laisse pas 1 minute de répis, chaque échange est dense, précis et nous donne une leçon de cinéma. D'abord Elizabeth dans ce rôle de femme confrontée au machisme le plus incroyable, celui des Texans, elle est impertinente, franche et plus que jamais indomptable, d'ailleurs c'est elle qui monte l'étalon qui éjecte tous les autres cavaliers, un signe qui ne trompe pas sur sa nature. Ensuite Rock Hudson, en Grand colon, héritier d'un Empire et sans autre idée que de transmettre ça à son fils. Cet homme simple, inlassable bosseur est le seigneur, héritier et prisonnier des traditions, mais il saura néanmoins écouter tout le monde, sa femme, sa soeur et surtout ses enfants, pour évoluer de façon magnifique, le rustre texan deviendra un sacré humaniste malgré lui, réalisant qu'il est plus facile de conduire 1000 bêtes à destination que ses propres enfants, on pourrait qualifier ça de révolution paternelle, certains aujourd'hui en sont encore loin !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Quant à James Dean, que dire, il est lui même, discret, presque effacé, avare de mots, et encore une fois torturé, cette fois par la haine et l'esprit de vengeance. Il sort cette fois de l'adolescence pour incarner une espèce de réussite américaine, il a certes le 3e rôle, il n'en est pas moins une étoile qui rayonne, il faut dire qu'en tenue de cow boy il fait mal ! mesdemoiselles, mesdames, n'en perdez pas une miette ! là encore il incarne un personnage complexe, mystérieux, dont on a vraiment du mal à deviner les pensées, bref il n'est plus adolescent, mais c'est tj l'énigmatique James Dean.

Vraiment il faut un sacré talent pour tenir en haleine pdt 3H20 quasiment à eux 3

Georges Stevens réussit l'exploit de trouver l’équilibre entre l'histoire du Texas, la reconstitution sociétale et l'intrigue sentimentale des acteurs, l'humour est aussi présent, bref c'est ce qu'on doit appeler le génie cinématographique, ça c'est un chef d'oeuvre, 50 ans après sa sortie, c'est toujours excellent !! 5/5



5/5 Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
Le nombre de scènes géniales est énorme je n'en cite que quelques unes:

L'arrivée de Rock quand il découvre l'étalon qu'il vient acheter, mais qu'il découvre surtout Leslie, les dialogues ambigus des 2 hommes sur la beauté de la bête sont splendides.

Ensuite le petit déjeuner, Leslie a bouquiné toute la nuit l'histoire du Texas, et elle provoque Rock d'une façon des plus tonitruante, un genre de quitte ou double car elle n'a guère le temps de le séduire avant son départ, c'est à pisser de rire.

La soeur de Luz, cette cow girl au rôle éphémère et néanmoins puissant, belle performance d'actrice

fabuleuse scène, en photo au dessus, quand Jett refuse de vendre son morceau de terre, juste pour emmerder Binck qu'il déteste copieusement, son attitude et son prétexte sont savoureux. :-)

Impressionnante critique du racisme ordinaire envers les mexicains, vraiment traités en sous humains !

La bagarre finale est merveilleuse suivie de la déclaration d'amour de Leslie pour celui qui est ainsi devenu son héros ! quand le chevalier défend le faible ! la phrase du pauvre Bick le résume bien "même si je vivais 90 ans, je ne te comprendrai jamais"  Very Happy oui il est depassé tout le film, car il est d'un autre âge et n'a pas su évoluer.

Etc ... à vous de me dire celles qui vous ont marqué
avatar
maximumuse

Messages : 275
Date d'inscription : 05/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://cinema.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum